velo electrique abordable made in france

Covid19: On fait quoi après ?

 

 velotatf véo électrique vae pas cher

Photo:  Peter Broytman

 

La moitié de l’humanité est désormais confinée ou doit faire face à des mesures de restrictions des déplacements. Cela a des impacts dans les méthodes de travail puisque les entreprises et salariés doivent s’organiser pour assurer un continuité lorsque c’est possible. Cela affecte nos habitudes quotidiennes qui se trouvent soudainement chamboulées ainsi que nos relations avec nos amis, familles, collègues etc qui deviennent soudainement virtuelles. L’une des conséquences de ce confinement est que nos déplacements sont drastiquement réduits. L’utilisation des transports en commun a diminué de 80% dans certaines métropoles américaines comme New York. Désormais l’heure de pointe peut-être comparée à celle de minuit en terme d’affluence.

 

Il est effectivement déconseillé d’utiliser les transports en commun qui favorisent les contacts humains. Néanmoins, même en période de confinement certains déplacements ne peuvent être évités. Le personnel hospitalier, les pharmaciens, caissiers, livreurs etc ne peuvent s’affranchir de leurs trajets quotidiens. Comme il est difficile de les effectuer normalement, des solutions alternatives sont privilégiées et le vélo en fait largement partie. En effet c’est un moyen de se déplacer rapidement en milieu urbain tout en évitant tout contact proche avec d’autres personnes. Nous assistons ainsi à une augmentation des trajets en vélo dans de nombreuses villes dans le monde depuis mars, comme à New York où son utilisation a bondi de 50%.

On assiste également à des initiatives de la part des villes qui mettent en place des mesures facilitant les trajets pour les populations durant cette période exceptionnelle.

 

 

Par exemple à Perth, Auckland ou Boston, les boutons pour actionner les passages piétons ont  été désactivés et sont désormais gérés automatiquement afin d’éviter tout contact physique. Dans des villes comme Los Angeles, Londres ou Glasgow, les systèmes de vélos publics et les bus sont désormais gratuits. À Paris ces mesures sont applicables pour le personnel hospitalier. La gratuité du stationnement résidentiel se développe également afin d’inciter les gens à utiliser des modes de transports alternatifs. Certaines villes comme Minneapolis ou New York expérimentent même des zones sans voitures afin de favoriser l’espace aux piétons et cyclistes. Le but étant d’augmenter l’espace afin que les habitants puissent conserver une distance de sécurité de 2m.

Cette nouvelle nécessité de distanciation sociale est un challenge auquel les villes doivent faire face. Dans la mesure ou les moyens de transports sont en pleine évolution l’une des solutions serait donc de redonner de l’espace aux piétons et cyclistes.

 

 

Photo: PopUp BikeLane in Berlin - Friedrichshain - Kreuzberg - build during the corona crisis 2020

 

La création de pistes cyclables temporaires est l’une des méthodes privilégiées par de nombreuses municipalités. Elles sont rapides à mettre en place et très efficaces pour les déplacements quotidiens. En effet se déplacer à vélo permet de garder des distances entre les personnes et ainsi éviter la propagation du virus comparé aux transports en commun. Berlin est l’une des première villes à avoir créé ces nouvelles pistes cyclables et le résultat est positif . L’initiateur du mouvement, le maire du quartier de Kreuzberg a déclaré que ces nouvelles pistes ont permis de développer le nombre de déplacements à vélo sans entraver la circulation automobile. La ville de Berlin a d’ailleurs prévu d’étendre le mouvement à d’autres quartiers de la ville comme Schöneberg et  Tempelhof. Ce genre d’initiative pourraient-elles se développer en France?

 

Il semblerait que oui. Par exemple Montpellier a lancé son programme de pistes cyclables temporaires. Le gouvernement a nommé l’écologiste Pierre Serne pour la mise en place de solutions de déplacement où le vélo serait le principal moyen de transport. En sera-t-il de même pour d’autres grandes métropoles françaises ainsi que Paris ?  Pierre Serne a l’air confiant comme il l’explique lors de son entretien dans le journal Le Parisien. Le premier adjoint à la mairie de Paris a d’ailleurs évoqué la possibilité de transformer temporairement des boulevards en pistes cyclables lors du déconfinement prévu le 11 mai.

 

Ainsi le Covid19 affecte nos déplacements quotidiens et de nombreuses initiatives sont actuellement mises en place pour que les villes puissent s’adapter. Le vélo est l’une des solutions qui semble la plus adaptée durant le confinement. Il permet d’accroître la distanciation sociale, de se déplacer rapidement tout en étant bénéfique pour la santé et l’environnement. Qu’en est-il de l’après confinement ? Il semble inévitable que l’utilisation des transports en commun va décroître. Ce qui pourrait être une opportunité pour changer nos méthodes de déplacements et redonner une place plus importante aux piétons et au mobilités douces comme le vélo. Et pourquoi pas utiliser ces infrastructures temporaires mises en place pendant la pandémie de manière permanente ?

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 comment

mai 18, 2020 • Posted by Alex

Je pense que cette épidémie aura permis plusieurs choses : voir notre monde différemment, sortir de notre zone de confort, nous donner une chance de consommer et produire localement (car nous n’avons plus eu le choix), ne pas tout prendre pour acquis, et s’intéresser à autre chose qu’à notre propre nombril . Il est donc nécessaire que chaque ville travaille son plan urbain afin de donner les moyens aux citoyens de se déplacer de manière plus responsable. Le vélo est une très bonne alternative, qui plus est durable. Être propriétaire d’un vélo est encore mieux. En effet, cette crise nous a ouvert les yeux sur le fait que l’humain n’est pas invincible, mais que doté de son shift bike, rien est impossible !

Leave a comment

fermeture modal
Sélectionnez votre couleur
Shiftbikes
light shift
Shiftbikes
night shift